mercredi 30 septembre 2009

Juste prix - jeu du Fakir, vraiment pas convaincu


Je viens de recevoir un email de TF1 qui m'invitait à jouer gratuitement au jeu du fakir.
Même que je pourrais faire une partie gratuite tous les jours...
Alors je me suis lancé !

Le but du jeu du Fakir :
Gagner des sous !

La règle du jeu du Fakir :
Tu as un palet offert tous les jours,
puis on te pose 3 questions pour en gagner potentiellement 3 (palets) de plus.
La première, on te demande de garder le bon chiffre dans un prix (le premier ou le dernier)
La deuxième question, on te demande de dire si le produit est plus ou moins cher que le prix annoncé
La troisième question, tu dois deviner le juste prix d'un produit parmi deux propositions.
Ensuite on t'emmène à la planche à clous où tu dois lancer les uns après les autres (mais dans un temps limité) tous les palets
Ceux qui tombent dans une case gain te font gagner la somme ou le nombre de palets affichés et ceux qui tombent sur les cases "perdu" ne te font rien gagner.

Bilan après 2 partie au jeu du fakir :
Remarque : Étonnamment j'ai pu faire une 2e partie gratuite...
Sur la partie Juste Prix, j'ai répondu juste à 5 questions sur 6.
J'ai donc pu lancer 7 palets au total (5 gagnés et 2 offerts), malheureusement pas un seul n'a terminé sa course sur une case "gain".
Lors de la première partie, mes 4 palets ont tous fini dans la même case perdu, alors que je les avais lancé à des endroits fort différents.
Lors de la deuxième partie, mes palets n'ont pas été plus gagnants, mais j'ai au moins pu essayer les 2 cases "perdu"

Ma conclusion sur le jeu du fakir :
C'est nul et l'on se demande vraiment si on nous prend pour des cons:
Les chances de gagner théoriques sont de 5 sur 7, puisqu'il n'y a que 2 cases "perdu". pourtant en 7 lancers, pas un seul ne s'est avéré être gagnant.
Aussi dans la pratique, on se dit que le palet ne tombe pas vraiment au hasard!!!

Mon avis sur le fonctionnement :
Dès que vous lancez un palet, le programme détermine si vous êtes gagnant ou perdant et quel est votre lot, si vous gagnez. Aussi le trajet du palet dépend de ce tirage et non pas des prétendus ou potentiels rebonds sur les clous. Ce qui en soit serait fair malgré tout, si les probabilités de gain correspondaient à ce que l'on nous montre sur la planche, ce qui n'est visiblement pas le cas.
Si il n'y a que 2 cases "perdu" contre 5 gagnantes, je suis persuadé que la statistique de gain est plus proche de 5%, soit ce qui équivaudrait à 1 case gagnante et 19 cases perdantes. De plus je subodore que la valeur de la case gain est déterminée à partir de là et que vous avez 95% de chances de toucher le gain minimum ou un palet supplémentaires, et 0,001% de chance de toucher le gros lot. Bien évidemment ces chiffres sont totalement fictifs et ne sont cités que pour vous donner un ordre d'idée.

Autrement dit, vous n'avez quasiment aucune chance de gagner quoi que ce soit à ce jeu, mais ce qui est plutôt logique : ce type de jeu est fait pour faire gagner de l'argent à son éditeur, en l'occurence ici TF1 et le Juste prix, mais certainement pas à la majorité des joueurs. De plus je suis sur qu'en étudiant attentivement le règlement (certainement disponible auprès d'un huissier en version complète), ce mécanisme doit être expliqué. Ce qui en revanche et à mon sens frise la malhonneteté, c'est d'induire visuellement en erreur l'utilisateur, en lui présentant (visuellement) de potentielles statistiques de gain qui n'ont rien à voir avec la réalité.

Mais d'ailleurs, cela ne semble pas tromper grand monde*... sauf comme d'habitude les quelques gogos qui croient encore au père-noël et les désespérés qui remettent leur avenir entre les mains de leur bonne étoile.

* Un extrait du chat live du jeu (où bien évidemment les pseudos des joueurs ont été effacés pour préserver leur anonymat), éloquent!

- exact il doit jamais y avoir de gagnant!!!!!
- j aurai honte de la part detf1
- bon quelqu'un peu me repondre svp
- tu peux jouer tant que tu y mets les sous
- il prenne vraiment les gens pour des con
- je viens de gagné 250euros wahouuuuuuuuu
- Ce jeu est aussi con que la chaine de télé qui le présente!!!
- je veisn de gagné 250e...yezzzz....
- oui sylvie
- oui, pour perdre
- c nul ce jeu
- oui je crois ausi pas de gagnant reels
- repondre sur quoi
- saluuut
- lol
- chaque jour tu peu jouer?
- normal que c"est null c'est français hihi!!!!
- j'ai gagne!!!!!
- et l euromillion c'est le meme
- oui
- ohhhhhhhhhhhh
- bye
- euh, tu est sur de gagner 250 euro
- c peut etre quand tu paie que tu gaganes lol
- et oui l'espoir fait vivre, on s'est tous fait avoir. bon courage aux autres
- roud ?
- ta gagner ?
- gagne le droit de recommencer
- et koi
- est ce que je peux vous faire déranger ???
- le droit de rejouer..................
- )))
- c'est nul
- moi rien c'est debile
- je paye rien du tout
- sa menerve persone repon a mes question sa me soule

Mon classement des meilleurs jeux pour Xbox 360


1° GRAND THEFT AUTO IV
Vraiment un de mes jeux préférés, celui vers lequel on revient dès qu'on s'ennuie avec les autres. Le scénario et les graphismes n'ont cessé de progresser depuis le premier GTA, et c'est un opus très réussi que propose les studios Rockstar. Je regrette néanmoins qu'il ne soit plus possible de piloter les avions, de sauter en parachute ou de bénéficier de roquettes sur les hélicos. Les décors plus campagnards me manquent également. Pour la version suivante, une plus grande map serait sympathique. En revanche, un grand grand bravo pour le mode multijoueur en ligne qui est vraiment très sympa et très réussi, et qui multiplie largement la longévité déjà hors norme du titre.

2° PROJECT GOTHAM RACING 4
À mon avis, c'est la simulation auto de référence, quasiment rien à redire...
Mais comme je suis difficile et exigeant, je pense que les mauvais conducteurs pourraient être un peu plus sanctionnés (dégats sur la carrosserie, mais également mécaniques, voir jusqu'à la destruction totate du véhicule. Un peu plus de réalisme de ce côté là...

3° RAINBOW SIX VEGAS
Un des titres phares de la console xbox de 1ere génération, sans cesse amélioré d'épisode en épisode.
J'aime le réalisme du game play qui ne laisse pas de marge à l'approximation. Je regrette néanmoins qu'il ne
soit pas possible de s'écarter un peu plus des rails conducteurs pour donner une importance plus déterminante à la stratégie.
Et comme toujours, le mode multijoueur est excellent, bien que la composition des parties pourrait être mieux équilibrée : on se retrouve en effet souvent à jouer contre des joueurs qui n'ont pas le même niveau et avec lesquels on a l'impression de faire office de "sparing partner".

4° TOMB RAIDER UNDERWORLD
Le nouvel opus de ce titre mythique est très beau et très réussi, mais ne parvient pas totalement à faire oublier certains des défaut des opus précédents. On aimerait un peu plus de fluidité dans les mouvements notamment. Mais le titre tient ses promesses et ne devrait pas trop décevoir les aficionados de Lara Croft.
>>> Lien vers le test du jeu Tomb Raider Unedrworld

5° BATTLEFIELD 2 (MODERN COMBAT)
Un game play assez moderne rend ce jeu assez sympathique et intéressant, avec notamment la possibilité de prendre le contrôle de tous les personnages et véhicules alliés. Je regrette cependant une lisibilité des graphismes qui handicape, à coup sûr, les joueurs qui n'ont plus les yeux de leur 20 ans.

6° ASSASSIN'S CREED
Un GTA 4 au temps des Templiers et des aschichins. Très beau, mais vite répétitif. Les séquences d'animation sont longues et ne peuvent être zappées, et les combats trop simples (l'utilisation de la touche X est suffisante pour venir à bout de presque n'importe quel adversaire).
>>> Lien vers le test du jeu Assassin's Creed

Assassin's Creed, beau mais...


Cette semaine, j'ai testé Assassin's Creed, un jeu sorti il y a plusieurs mois, mais qui se vend encore très bien, notamment sur le marché de l'occasion. Il m'avait été recommandé par plusieurs personnes et je partais donc avec un à priori plutôt positif.

Mon avis graphique sur Assassin's Creed :
Magnifique ! Le travail sur les décors et les personnages est vraiment très réussi et l'ambiance très immersive.
C'est beau et ça donne envie de se balader un peu partout de Jérusalem à Damas, dans les souks, sur les toits des minarets ou des clochers, ou encore dans les montagnes environnantes. La bonne nouvelle, c'est que c'est possible, on peut quasiment aller partout.

Mon avis sur le scénario d'Assassin's Creed :
Le scénario où l'on incarne le descendant d'un assassin (haschichin) qui est projeté par les miracles de l'expérimentation ADN dans la mémoire de son aïeul est plutôt intéressant et novateur. Malheureusement, on a très vite l'impression de faire tout le temps la même chose. Les objectifs secondaires qui consistent systématiquement à secourir des personnages pris à partie par des soldats croisés finissent par devenir lassant. Le principe des points d'observation devient vite lassant et sans enjeu, car sans aucune difficulté.


Mon avis sur la prise en main du personnage :
Le didacticiel est plutôt bien fait et la prise en main se fait naturellement et rapidement. Pourtant très vite, le contrôle du personnage devient plus ou moins agréable, ça manque un peu de fluidité et on aimerait un peu plus de précision. De plus on a trop vite la sensation que les options sont limitées...


Mon avis sur les combats dans Assassin's Creed :
Même si les combats sont très beaux, à l'instar des scénarios, on finit vite par répéter les mêmes actions et le dénouement reste sans surprise. Au point que l'on a pas franchement l'impression d'avoir accompli quoi que ce soit après un combat, toujours exécuté avec les mêmes combinaisons de touches. Je regrette donc le manque de richesse des combinaisons pour le maniement des armes.


Conclusion : On m'avait beaucoup comparé Assassin's Creed avec Grand Theft Auto, présentant même ce jeu comme le GTA4 médiéval. Pourtant, même si la liberté de mouvement peut être comparable (et peut-être meilleure), je me suis vite ennuyé sec et mon désir de progresser dans l'intrigue s'est émoussé rapidement. Les animations sont notamment trop longuettes à mon goût, d'autant que l'on ne peut pas les zapper, et ce n'est pas la possibilité de faire marcher le personnage ou de changer l'angle de la caméra qui rend ces passages plus palpitants. Au final, on a l'impression que terminer le jeu ne sera pas une affaire d'adresse ou de talent, mais simplement de temps. Espérons que si ce titre bénéficie d'une suite, celle-ci saura mettre la barre un peu plus haut, pour donner à ce titre ses lettres de noblesse.

mardi 22 septembre 2009

Comment connecter une caméra wifi à son réseau iCam


Comme je voulais ajouter 2 caméras en Wifi à mon réseau de vidéo surveillance iCam, j'ai opté pour le modèle AirLink 101 SkyIPCam500W, largement testé (et recommandé) par les développeurs d'Icam.

L'installation n'ayant pas été extrêmement facile, j'ai exceptionnellement décidé de créer un billet consacré à la mise en route des caméras IP et à leur connexion au réseau iCam. J'espère qu'il vous sera utile.

1° Préambule et informations de configuration
Par économie, j'ai commandé mes caméras sur un site américain.
Résultat, elles sont arrivées avec une notice et un logiciel en anglais, ainsi qu'avec un transformateur en 110V(4). Si vous faites de même, il vous faudra donc commander un convertisseur 110-220V. J'en ai trouvé un sur amazon à moins de 6€, l'opération reste donc encore rentable.
Le logiciel (2) est uniquement compatible PC / Windows, étant équipé d'un Mac, j'ai du utiliser un émulateur PC (Virtualbox) pour procéder à la configuration.
Mon fournisseur d'accès est numéricable, la procédure peut donc diverger pour les autres prestataires.

L'installation et la configuration doivent être réalisées à proximité du modem, car la caméra devra préalablement être raccordée en Ethernet (5) afin de pouvoir effectuer les différentes opérations.

2° Ouverture du colis et assemblage
- Sortir la caméra, la fixer sur son pied (1) à l'aide de la pièce de vissage (3) : la partie chromée doit être démontée, puis remontée en intercalant le bord supérieur du pied.
- Brancher le convertisseur sur le secteur.
- Brancher le cable d'alimentation du transfo sur la caméra (B), puis le transfo sur le convertisseur.
- Brancher le cable ethernet sur la caméra (A) et sur une des prises libres du modem Numéricable.

3° Connexion à la caméra
- Démarrer le PC virtuel sur votre mac
- Insérer le CD et donner accès au lecteur au PC virtuel. (avec virtualbox, en cliquant sur l'icone CD en bas de la fenêtre)
- Installer Airlink utility, puis lancer le programme depuis "démarrer>tous les programmes>Airlink>Airlink utility
- Rechercher la caméra en cliquant sur search, si elle ne s'affiche pas
- Cliquer sur la caméra puis sur "Change IP"
- Sélectionner DHCP (attribution automatique d'une IP dynamique), entrer admin pour l'ID et admin pour le password et valider en cliquant sur "Change"


4° Paramétrer la caméra pour qu'elle se connecte à votre réseau Wifi

Remarque : Les instructions du manuel Airlink disent qu'il suffit ensuite de cliquer sur "Link" après avoir sélectionné la caméra, mais chez moi, ça ne marchait pas, je revenais à chaque fois sur la page "Change IP adress", j'ai trouvé une autre solution tout aussi valable et qui fonctionne :

- Installer Airlink101 SkyIPCam View et lancer l'application, d'où vous pourrez paramétrer les réglages de la caméra et voir les premières images.

Remarque : Les caméras détectées sont listées dans la fenêtre du bas de l'application.

- Cliquer sur settings dans la colonne de gauche, puis sur Camera List dans la colonne qui vient d'apparaitre au centre. À ce stade, il est normal qu'aucune caméra ne soit affichée.

- Cliquer sur Add Camera dans la fenêtre de droite, puis sélectionner la caméra dans la nouvelle fenêtre et valider en cliquant sur "add camera"
À ce stade, la caméra doit apparaitre dans la fenêtre de droite (pas d'image, mais son adresse IP (192.168.0.xx))

- Cliquer sur "Camera Configuration", sélectionner la caméra dans la fenêtre de droite et cliquer sur "Link Web Page". Une fenêtre de navigateur Web va s'ouvrir avec comme adresse http://l'adresse IP de la caméra (attribuée via DHCP)
Une autre fenêtre va vous demander de vous identifier, entrer à nouveau admin (ID) et admin (password)

Vous arrivez sur une page où vous devriez voir les images en provenance de la caméra.

- Cliquer sur Setup (juste sous live view, la page où vous êtes arrivé par défaut)
Vous arrivez sur la page System (Basic>System).
Donner un nom à votre caméra et indiquer son emplacement dans la case "location" (facultatif)
Cliquer sur "Apply" pour valider.

Remarque : Indication led, vous permet de désactiver l'allumage automatique des leds quand la luminosité n'est pas suffisante. Fonction utile si on utilise la caméra pour surveiller la chambre d'un bébé.

- Cliquer sur Date & Time et sélectionner votre fuseau horaire + "Synchronize with PC"
Valider en cliquant sur Apply

- Cliquer sur User.
Dans la partie Administrator, vous pouvez modifier le mot de passe par défaut "admin", en revanche, l'ID par défaut Admin ne peut pas être modifiée.

Dans la partie General User, entrer un User Name et un mot de passe (Password),
puis cliquer sur "modify"
Ces informations permettront à iCam Source de se connecter aux caméras.
Remarque : Vous ne pouvez pas mettre d'email comme user name, mais ne vous inquiétez pas, ce n'est pas un problème pour vous connecter via iCam. (pour ceux qui avaient l'habitude de se connecter aux caméras firewire ou usb via iCam)
Cliquer sur Add/Modify et le compte est enregistré.

- Cliquer maintenant sur Network. Puis sur le sous menu "Wireless" (Network>Wireless)

Remarque : C'est là où j'ai pas mal tâtonné et où il est possible que la procédure puisse différer en fonction de votre fournisseur d'accès ou du modem.

- Cliquer sur la case "enable" (elle doit être cochée)
Dans Network ID(SSID), indiquer le nom de votre réseau wifi : NUMERICABLE-6526 (exemple)
Dans Wireless Mode, cocher "infrastructure"
Dans Authentication, sélectionner "Shared-Key"
Dans Encryption : WEP
Dans Format : HEX
Dans Key Length : 128 bits
Dans WEP Key 1 : Mettez le code d'accès de votre réseau (dans mon cas 26 caractères)
Cliquer sur Apply.

Normalement votre caméra fonctionne désormais en wifi. Pour vérifier, il suffit de débrancher le cable Ethernet : Si la lumière verte clignote sous le témoin de marche de la caméra, vous avez réussi. Votre caméra est désormais accessible en wifi.

5° Connecter iCam Source à la caméra IP Wifi

Le plus dur est fait, mais il reste encore quelques petites astuces ou infos utiles afin de ne pas s'arracher les cheveux pour pouvoir voir les images des caméras wifi depuis son iPhone en utilisant iCam.

Remarque importante : Si vous utilisiez ou utilisez déjà iCam Source pour visionner les images en provenance d'une caméra raccordée à votre ordinateur en wifi, et que vous voulez continuer à le faire, tout en bénéficiant des images de caméras supplémentaires en wifi, vous devez installer plusieurs instances de iCam Source sur votre mac. Pour y parvenir, télécharger gratuitement iCam Source depuis le site skjm.com. Glisser l'application sur le bureau et modifier son nom en ajoutant, par exemple, un chiffre après son nom (ex:iCamsource2). Glisser l'application renommée dans le dossier application, puis glisser l'application du dossier application vers le dock du mac (ainsi vous pourrez lancer iCamSource plus rapidement)

- Lancer iCamSource : une icone va apparaitre en haut à droite près de l'horloge et de l'indicateur d'état du réseau. Cliquer sur "Préférences"
Sous la fenêtre principale, cliquer sur Ethernet/Wi-fi
Entrer l'url de la Webcam : http://xxx.xxx.xxx.xxx:yy/cgi/mjpg/mjpeg.cgi (en remplaçant les x par vos informations) et sélectionner MJPEG
Entrer le login et le password créés précédemment comme GENERAL USER

- Vérifier que votre email et mot de passe d'accès à iCam Source sont bien indiqués et cliquer sur "Start", vous devez maintenant accéder aux images capturées depuis votre caméra en wifi.


Remarque : Grâce à iCam Source, vous n'avez pas besoin de configurer les autres sections du menu d'Airlink View, sauf si vous désirez configurer l'enregistrement des séquences (mais ça fera l'objet d'un autre billet). En effet, depuis iCam Source, vous pouvez opter pour l'option "Push to mail" qui lorsqu'un mouvement est détecté, envoie une alerte directement sur l'iPhone, à partir duquel vous pouvez visionner la séquence enregistrée et éventuellement la sauvegarder.

J'espère que ce petit tutorial pour connecter une caméra wifi à iCam Source vous sera utile, n'hésitez pas à poser des questions si vous avez des difficultés et j'essayerais de vous aider dans la mesure de mes possibilités.

Articles connexes :
- iCam, la télé surveillance depuis un iPhone
- AirLink 101 SkyIPCam500W, une caméra IP (wifi) avec vision nocturne

Une caméra de vidéo surveillance en wifi avec vision nocturne : AirLink 101 SkyIPCam500W


Voulant compléter mon dispositif de vidéo surveillance par des caméras indépendantes, reliées en wifi à mon ordinateur, j'ai fait quelques recherches sur Internet.
Je voulais notamment pouvoir les intégrer à mon réseau iCam et ainsi pouvoir contrôler en temps réel depuis mon iPhone ma maison et mon bureau.

J'ai donc opté pour des caméras de marque Airlink 101 et pour le modèle SkyIPCam500W, disposant d'un système de vision nocturne, disponible dès 70 euros sur Internet.

Configuration : J'ai mis une petite heure à configurer mon réseau de manière à pouvoir monitorer les images des caméras Airlink depuis l'application iCam de mon iPhone.
Bien qu'assez simple dès lors que l'on connait la manipulation, l'installation requiert un peu de patience et quelques tâtonnements pour parvenir à récupérer les images.

Qualité de l'image : La mise au point (netteté) doit être réglée directement sur la caméra en faisant tourner la focale. Il aurait été plus pratique de pouvoir le faire depuis l'ordinateur ou mieux encore, que ces caméras soient équipées d'un système d'autofocus, à l'instar des caméras iSight. La qualité d'image est suffisante pour de la surveillance mais n'est pas non plus incroyable, rien à voir avec la qualité d'image des caméras Apple. Le contraste notamment est loin d'être excellent.

Installation : Le système de pied fourni permet d'ajuster la position de la caméra en fonction du cadrage désiré. Le pied est livré avec vis et cheville pour ceux qui souhaitent installer leur caméra de façon pérenne, notamment sur un mur ou un plafond.
La stabilité du pied est suffisante pour pouvoir poser la caméra sans risque sur un support plat : étagère, bureau...
Les systèmes d'articulation permettent d'orienter la caméra selon l'angle désiré.


Les points forts de la caméra AirLink 101 SkyIPCam500W
:
- Bon rapport qualité-prix
- Système de vision nocturne intégré (des leds s'allument quand la luminosité est insuffisante)
- Prise en charge du son
- Interface de gestion assez simple à utiliser (pour PC uniquement)


Les points faibles (inconvénients) de la caméra AirLink 101 SkyIPCam500W :
- Qualité de l'image moyenne (contraste, couleurs, netteté)
- Absence d'autofocus
- Cable d'alimentation un peu court, notamment pour installer la caméra en hauteur
- Si vous achetez la caméra sur un site US, elle sera livrée avec un transformateur en 110V, il faudra donc prévoir un convertisseur 110-220V (6€ environ sur amazon)
- Programme d'installation pour Windows uniquement (nécessite un PC ou un émulateur PC sur le mac) // Je ne suis pas parvenu à trouver les drivers pour mac sur Google
- La taille de la caméra et son système de leds pour la vision nocturne ne la rendent pas discrète.

Remarque : Le système est controlé et géré depuis un mac disposant d'un PC virtuel (Soft Virtualbox)


En conclusion : Pour ceux qui souhaitent pouvoir se doter d'un système de vidéo surveillance sans y investir une fortune, les caméras AirLink 101 SkyIPCam500W, couplées avec le logiciel iCam constituent une solution efficace et accessible.


Quelques liens utiles :
- Découvrir la solution de vidéo surveillance iCam pour iPhone
- Comment connecter une caméra IP (wifi) à un réseau iCam (iPhone)

vendredi 18 septembre 2009

Nortene - No Insect : Pour des nuits sans piqures ? Pas convaincu !


Cette année les moustiques étaient vraiment nombreux dans le sud et étrangement résistant aux plaquettes et autres pschits répulsifs. Personnellement, ma femme constitue mon meilleur répulsif anti moustique et insecte.
Mais comme les bruits et piqures de moustiques la réveillent, ça finit toujours par me déranger et lorsqu'elle est vraiment recouverte de lotion répulsive, les moustiques finissent par se rabattre sur moi.

Comme je n'étais pas décidé à dormir la fenêtre fermée ni à vivre dans ma chambre dans un noir absolu ni à multiplier les plaquettes anti-moustique, car c'est une solution qui finit par revenir cher au final, surtout si on en a aussi besoin dans d'autres pièces : salon, cuisine, salle de bain, bureau... J'ai décidé d'opter pour un appareil électrique anti-moustique qui fonctionne uniquement grâce à la lumière.

J'avais le souvenir d'en avoir vu fonctionner en Espagne et qu'en plus d'être efficace, le "pzing" (bruit produit par le moustique qui grille quand il entre en contact avec la lampe) rendait le dispositif assez ludique. On pouvait enfin faire le compte des victimes des 2 camps : Moustique 3 (piqures) Moi 5 (nb de moustiques exterminés)

J'ai donc cédé au démon de la consommation et craqué pour une lampe Nortene No Insects, vendu 25€ chez Leroy Merlin. Certes plus cher qu'un pack prise + recharge, sauf qu'à raison de 30 recharges par mois minimum, ce dispositif devrait permettre de faire de substantielles économies au bout du compte.

Malheureusement, je ne sais pas s'il s'agit d'une version cheap des lampes que j'avais découvertes en Espagne, toujours est-il que l'efficacité de cet appareil anti moustiques est loin de m'avoir convaincue.

En près d'un mois d'utilisation, j'ai l'impression d'avoir seulement entendu 2 fois le fameux "pzing" fatal, ce qui, comparé aux dizaines de moustiques observés tous les soirs parait bien peu.

Pour modérer mes propos, je dirais que j'ai peut-être commis une erreur : Je ne l'ai pas accroché au plafond comme préconisé dans le mode d'emploi... mais les lampes espagnoles, certes un peu plus grosses étaient toujours posées à même le sol.

Aussi afin de parfaire ce banc d'essai, je vais tester pendant les 2 prochaines semaines la technique de la suspension, et j'apporterais mon verdict final dans les commentaires de ce post.

Récapitulatif du test :

Avantages de la lampe Nortene No Insects :
- Facile d'emploi : il suffit de la brancher
- Économique : pas de besoin de plaquettes ou autres couteuses recharges, Faible consommation: 10w seulement (au lieu de 30w à 40w généralement)
- Ludicité : vous pouvez compter les victimes chez les moustiques
- Son principe d'action le rend utilisable en extérieur
- Ecologique : respecte la couche d'ozone
- Rayon d'action théorique : surface de 100m2


Inconvénients de la lampe Nortene No Insects :
- Coût d'achat : environ 25 euros
- Installation : il faut pouvoir suspendre la lampe (donc plafond pas trop haut et système d'accroche) et le fil est un peu court (seulement 1,80m pas évident si vos prises sont au sol et que vous voulez le mettre à 2m)
- Luminosité : si vous aimez dormir dans le noir absolu, passez votre chemin
- Efficacité : les plaquettes anti moustique semblent être beaucoup plus productives


Bilan : Il faudra attendre ma 2e série de test avec la lampe suspendue pour rendre un verdict définitif, mais je ne suis pas convaincu par le dispositif. On dira que c'est mieux que rien et que si vous êtes en panne de plaquette ou en extérieur, vous serez content de posséder une lampe Nortene No Insects.
À défaut d'être vraiment efficace, on peut aussi compter sur l'effet placebo pour se sentir un peu protégé et être ainsi un peu moins dérangé et inquiété par la menace des piqures.


PS : En revanche, j'ai utilisé l'appareil dans des pièces sans aucune autre source lumineuse, tel que préconisé dans la notice, donc sur ce point, pas d'erreur.

samedi 12 septembre 2009

iCoyote pour ne plus perdre de points en voiture


iCoyote c'est tout simplement la meilleure application communautaire pour ceux qui ne veulent plus se faire flasher au volant ni perdre de points sur leur permis de conduire.

Le principe : Un GPS qui analyse votre route et vous avertit dès que vous approchez d'un radar fixe, d'un radar mobile et même d'un accident ou d'une perturbation du traffic.

Comment ça marche : C'est la communauté des utilisateurs d'iCoyote qui remonte les informations en temps réel. Lorsque l'application tourne, vous êtes ainsi averti du nombre de personnes qui vous précèdent (les éclaireurs) et chacun doit participer en signalant les radars qu'il rencontre, principalement les radars mobiles ou les gendarmes avec viseur et l'info est immédiatement transmise aux personnes qui vous suivent sur ce même axe routier.

En conclusion, pour bien fonctionner et être efficace, il faut qu'il y ait d'autres utilisateurs sur cette route et qu'ils soient participatifs :
la participation de tous pour le bénéfice de tous


Dans la pratique, la communauté a bien saisi l'intérêt du concept et elle joue le jeu.
Résultat, si vous utilisez iCoyote, vous aurez très peu de chance de vous faire flasher par surprise.

Ce que j'aime avec iCoyote :
- Les radars sont signalés avec une info de fréquence qui vous indique si le radar a été souvent aperçu ou seulement épisodiquement. Pour les radars mobiles, on vous communique également l'heure où il a été signalé pour la dernière fois.
- L'interface est très intuitive, il suffit d'un clic d'un côté ou l'autre de la route matérialisée à l'écran pour signaler un radar, des travaux, un accident ou un bouchon.
- La lisibilité des infos est excellente
- La fiabilité des informations est très bonne

Ce que j'aime moins avec iCoyote :
- La dépendance aux autres éclaireurs, si vous êtes seul sur la route, iCoyote ne vous est d'aucune utilité, ce qui est souvent le cas sur les petites routes.
- La difficulté à caractériser le type de radar, ainsi des radars fixes sont étiquetés "très fréquents", et on ne sait pas toujours à quel type de dispositif on a affaire.
- Ne pas toujours savoir quand freiner en cas de jumelles, car les vitesses sont souvent relevées 1km avant la position effective des gendarmes


iCoyote, le verdict : Une application "must" de l'iPhone (à noter qu'un système indépendant de boitier avertisseur existe également, avec une communauté d'utilisateurs encore plus développée). Même si on peut trouver un peu anti-civique le principe de cette application qui peut vous inciter à rouler plus vite que la vitesse autorisée, on appréciera le côté salutaire des avertissements qui ne se limitent pas aux gendarmes, mais également à toute perturbation susceptible de créer un brusque ralentissement et d'être accidentogène.

Alors essayez iCoyote, d'autant que l'application est en libre téléchargement et que son utilisation est gratuite pendant 3 mois.

vendredi 11 septembre 2009

Aspirateur sans sac Dirt Evil M5020, la puissance d'aspiration à petit prix !


Sans sac et multicyclone, le Dirt Evil M5020 annonce la couleur et tient ses promesses.
Cet aspirateur traineau au design sympathique qui rappelle un peu le "Dyson" n'est pas un gadget, bien au contraire.

Son principal atout, sa puissance d'aspiration qui scotche littéralement la brosse au sol et attire à elle, cheveux, moutons et poussières à distance. Sur ce point les chiffres parlent, oubliez les 1600 Watts car ce ne sont pas eux qui aspirent, mais comparez la dépression de 30 kPa (kilos Pascal) du Dirt Evil M5020 avec celle d'un aspirateur traineau classique : en moyenne 30% d'aspiration en plus.

Je l'ai acheté il y a 2 mois, je l'utilise pour aspirer carrelage et tapis et j'en suis super content. Je considère que c'est de loin le meilleur aspirateur de sa catégorie et dans cette gamme de prix (disponible à 99€ chez Cdiscount).

À noter que cette marque qui existe depuis 1905, encore peu connue en France, est n°2 sur le marché américain et n°1 en Allemagne.

Ce que j'aime avec le Dirt Evil M5020 :
- le design moderne et sobre
- l'absence de filtre central (Pas de bourrage, puissance d'aspiration élevée et constante)
- sans sac (on ne se retrouve jamais sans sac au moment d'aspirer et on économise sur les sacs couteux à la longue)
- l'air évacué plus propre qu'avec un aspirateur traditionnel (notamment si vous êtes allergique)
- les filtres lavables (on les change moins souvent)
- la qualité des matériaux et l'excellent "embouchage" des éléments
- le bruit modéré

Ce que j'aime moins avec le Dirt Evil M5020 :
- le revers de la médaille du sans sac : Il faut vider le réservoir et l'opération peut facilement être salissante. On appréciera d'avoir un jardin pour cette manipulation où la poussière vole, sinon on est bon pour réaspirer !
- le traineau qui a tendance à se cabrer voir à se retourner si on tire trop sur le tuyau.
- le fil d'alimentation un peu court
- la brosse universelle un peu épaisse qui ne passe pas aisément sous tous les meubles

Conclusion : Malgré quelques petits défauts, le Dirt Evil M5020 est un aspirateur qui vous donnera satisfaction et qui rendra un peu moins pénible la corvée du ménage.
Son prix abordable (notamment en comparaison des Dyson) et sa puissante aspiration sur toutes surfaces, font de lui un investissement que vous ne regretterez pas.

jeudi 10 septembre 2009

Louer un camion à petit prix chez UCAR


UCAR est un loueur de véhicules de tourisme et utilitaires bénéficiant d'un réseau de franchisés implantés sur toute la France, son crédo des prix "au plus juste" et une transparence tarifaire totale.

Chez UCAR que vous louiez en agence ou sur Internet les prix sont les mêmes et non pas, comme chez certains de ses concurrents, calculés à la tête du client.
La brochure affiche les tarifs de chaque catégorie avec des forfaits 1/2 journée, journée + 100km, journée +500km... et le prix ttc du kilomètre supplémentaire.

Dans mon cas, je devais effectuer 350 kilomètres et j'avais besoin d'un 12m3 pour 24h.
J'ai donc opté pour un forfait 24h 500 kilomètres pour un tarif TTC de 115 euros, soit 15 à 45% moins cher que les devis réalisés chez leurs concurrents, qui affichent très souvent des tarifs d'appel extrêmement alléchants, mais très rarement disponibles aux dates souhaitées.

Ce que j'ai aimé chez UCAR :
- Une flotte de camions extrêmement récents
- Le mien, un IVECO 12m3 avait 3000km au compteur.
- Un moteur puissant avec de la reprise.
- Un niveau d'équipement satisfaisant : porte-gobelets passager et conducteur, autoradio CD, 2 prises allume-cigare (à noter que les véhicules sont non fumeurs) pour charger un GPS et un téléphone ou MP3), climatisation automatique ultra efficace...
- Accueil sympathique et prise en charge rapide
- Véhicule livré sans le plein, ce qui évite le coup du faux plein : on remplit jusqu'à ce que l'aiguille indique le plein et basta, du coup on a l'impression d'avoir le plein alors que ce n'est pas le cas. (normalement quand il y a le plein, l'aiguille monte bien au-delà de l'indicateur)

Ce que j'ai moins aimé chez UCAR :
- Le véhicule est livré nu : pas de GPS, pas de sangles ni de couvertures... tout est en option, pouvant ainsi gréver le prix pour ceux qui ne sont pas équipés.
- Le 12m3 IVECO n'avait pas de bord libre : de chaque côté de la caisse, là où l'on espère charger des vitres, glaces, tableaux en les calant contre la paroi, on ne peut pas car il y a les passages de roue qui dépassent dans la cabine. En plus, ils sont coffrés en bois avec des angles aigus, donc on perd de l'espace de chargement et l'on risque en prime d'abimer ses objets. En conclusion, si vous avez besoin d'un bord lisse, louez au moins un 20m3, mais cette remarque est valable pour tous les loueurs.

Le bilan : UCAR est un loueur sérieux pratiquant des tarifs souvent bien moins onéreux que ceux de ses concurrents. Faites l'essai !
Related Posts with Thumbnails