jeudi 1 février 2018

TEST : Soloshot 3 - Camera robotisée avec capteur tracker GPS - Votre cameraman personnel


Aujourd'hui je vous propose le test d'une action camera autonome qui va en faire rêver plus d'un : La caméra Soloshot 3 qui est plus exactement une base robotisée couplée à une caméra qui suit et filme un sujet équipé d'un tracker GPS.

En d'autres termes et pour rendre cette description un peu barbare plus imagée, imaginez que vous soyez un surfeur, le soloshot 3 monté sur un pied sur la plage, va suivre et filmer vos évolutions dans l'eau sans l'aide de personne, grâce à un petit boitier GPS que vous porterez au poignet et qui permettra à la caméra de vous garder en permanence dans le cadre (son champ de vision), vous permettant de visionner après votre session vos meilleurs vagues en qualité HD.

Cette caméra n'est bien évidemment pas seulement destinée aux surfeurs mais pourra également vous filmer si vous pratiquez le BMX, le motocross, l'équitation, le rugby, le foot ou autre sport indoor ou outdoor.

Bref le gadget idéal pour tous ceux qui n'ont pas les moyens ou la possibilité de demander à quelqu'un de les filmer quand ils pratiquent leur sport favori.

Marié depuis 13 ans avec une femme fantastique mais qui n'apprécie que très peu de rester des heures en plein soleil à scruter le plan d'eau pour prendre des photos ou filmer son mari, quand j'ai découvert le concept sur Quickstarter en 2015, je n'ai pas résisté et je me suis offert le pack Soloshot 3 avec optique x25, mis en confiance par le fait que cette caméra serait la 3e version de la marque qui disposait donc d'une bonne expérience en la matière et qui avait donc les meilleures chances de tenir ses promesses.

L'attente fut longue car il fallut plus de 2 ans à l'équipe de Soloshot pour finaliser le développement et expédier leur commande aux nombreuses personnes qui comme moi avait décidé d'investir.
Fin décembre 2017, ma patience fut donc récompensée quand je reçu le paquet tant attendu avec 150€ surprise à acquitter en droits de douane.

Passé ce petit désagrément, je n'avais donc plus qu'une hâte, pouvoir tester enfin cette petite merveille de technologie moderne lors de ma prochaine session de surf.

Le contenu du paquet correspondait bien à ma commande :
1° Le pack de base :
- la base motorisée
- l'optique x25 (Optic25 avec zoom optique x25)
- le tag (tracker GPS) et son dispositif d'accroche
2° Le trépied léger proposé par la marque



Premières observations :
La qualité d'ensemble est excellente, bien fini avec des matériaux de qualité inspirant une certaine solidité. Bref on a pas l'impression d'avoir commandé un gadget techno chinois, très joli en photo mais très décevant dès qu'on le voit en vrai.
On regrettera cependant de ne pas trouver un manuel d'utilisation digne de ce nom mais on en comprendra vite la raison. L'ensemble des fonctionnalités prévues ne sont pas encore disponibles (elles arriveront via de futures mises à jour) et il est donc très difficile de faire un mode d'emploi pour des fonctionnalités qui ne sont pas encore totalement définies.

Mise en route :
L'ensemble est plug and play, mais avant de pouvoir essayer la caméra, il est nécessaire de télécharger et mettre à jour les différents firmwares : base, caméra et tag. L'opération demande un peu de temps mais n'est pas très compliquée. Il suffit de se laisser guider par les instructions plutôt claires affichées à l'écran. En fonction de la qualité de votre connexion Internet et du nombre de mises à jour, il faudra compter à minima une bonne heure voir 2.

Première utilisation :
On arrive à la plage, on visse la base et l'optique (que l'on a déjà assemblées lors des mises à jour) sur le pied, on insère le tag dans le brassard et on allume l'ensemble. Le tag et l'ensemble base+optic25 se mettant sous tension séparément. Si le tag s'allume immédiatement, l'allumage de la base prend déjà plus de temps, environ 3-5 minutes pour pouvoir faire le set up : Sélectionner le tag, attendre que les différents éléments aient fait l'acquisition du signal GPS, puis lancer la calibration et enfin faire plusieurs allers-retours devant la caméra à une dizaine de mètres pour affiner le tracking et le cadrage.

Il ne reste plus alors qu'à sauter à l'eau avec sa planche et donner le meilleur de soi-même dans les vagues. Le Soloshot 3 est censé se charger du reste : Nous suivre dans l'eau en optimisant le cadrage et filmer nos vagues et nos manoeuvres. À noter que le soloshot 3 est supposé être capable de filmer plusieurs personnes en simultané, à condition que chacune soit équipée d'un tag GPS. Le soloshot 3 est supposé reconnaître et donner la préférence à l'action, donc filmer celui qui est en train d'enchaîner des rollers versus celui qui attend sa vague. Je n'ai acheté qu'un seul tracker donc je n'ai pas pu tester cette feature, mais les différentes lectures de posts sur le sujet me laisse à penser que ce n'est pas aussi facile que cela.

En fin de session, on éteint son tag et la base, car même si l'on mourrait d'envie de visionner les séquences tout de suite, la fonctionnalité Galerie qui devrait le permettre n'est pas encore à ce jour activée (officiellement "coming soon"). Il faut donc rentrer chez soi, sortir la micro SD card de la caméra afin de pouvoir en parcourir le contenu depuis un ordinateur.

Visionnage des premiers rushs :
À l'achat, le discours officiel laissait clairement entendre que la caméra serait capable de reconnaitre les scènes d'actions, de les isoler et de les monter afin de ne pas avoir à visionner de longs rushs et avoir à découper manuellement les séquences intéressantes. Je ne sais pas si cela a été abandonné ou reporté à plus tard, mais soyons clair, si l'on trouve plusieurs séquences sur la carte SD, cela tient apparemment plus au fait que chaque séquence ne semble pas pouvoir dépasser 25 minutes qu'à une quelconque intelligence artificielle qui découperait les séquences. Il faut donc visionner l'ensemble de sa session pour isoler manuellement, cropper et enregistrer séparément les passages intéressants.

La qualité d'image est plutôt bonne et convaincante, le tracking fonctionne globalement même si la caméra perd le sujet par moment et le cadrage pourrait être amélioré. La mise au point est assez rapide et reste focus à 95% du temps. Le tracking s'affole par moment avec la caméra qui filme le ciel et parfois loin du sujet à 10% du temps, ou encore quand l'action démarre, la caméra anticipe un peu trop la vitesse et la trajectoire du sujet en le dépassant et en le poussant hors cadre. Ce qui nous amène au cadrage proprement dit : le sujet est souvent coupé, tête ou pied, ou se retrouve à l'extrémité du cadre voir hors cadre sur 25% des séquences, ce qui est à date, le plus gros problème. 
Les dernières mises à jour ne semblent pas avoir résolu le problème bien au contraire.

Pour résumer mes appréciations sur tous les points précédemment évoqués, je vous propose cette grille de notation sur 10 de la caméra Soloshot 3 après un mois de test :

- Qualité d'ensemble des éléments : 9/10
- Facilité de prise en main : 6/10
- Rapidité de mise en route : 5/10
- Qualité des images : 8/10
- Efficacité du tracking : 7/10
- Cadrage du sujet : 6/10
- Ergonomie d'utilisation : 5/10

Bref et en conclusion de ce test, la Soloshot 3 tient pas mal de ses promesses mais déçoit aussi sur de nombreux points. La bonne nouvelle dans tout cela est que bon nombre de points devraient s'améliorer avec les retours utilisateurs et les améliorations apportées aux algorithmes et aux firmwares à venir. L'arrivée de la galerie, que l'on espère prochaine, devrait faire singulièrement remonter la note d'ergonomie d'utilisation par sa simple existence à 7/10

Il est réconfortant de constater que la marque semble être sur le pied de guerre pour finaliser le système et se montre très à l'écoute de ses utilisateurs.

Leur plus gros challenge sera d'améliorer la précision du tracking et du cadrage, car il est très frustrant de rentrer à la maison pour découvrir que Soloshot a complètement loupé notre meilleure vague. Le bon point, c'est que cela évitera une engueulade avec Madame, que l'on ne pourra pas blâmer d'avoir regardé ailleurs au moment crucial. En résumé, le soloshot 3 est une petite merveille de technologie mais avec encore de nombreuses imperfections et ce n'est donc pas une solution infaillible pour s'assurer que chacune de nos prouesses sera immortalisée, mais je pense que d'ici quelques semaines ou mois, ce sera une solution bien plus fiable et disponible de bon gré pour passer de long moment sans broncher à nous regarder nous faire plaisir.

Et pour finir, voici un petit clip réalisé à 100% à partir des images capturées avec le soloshot 3, qui illustre plutôt bien les défauts que j'ai évoqué précédemment.




Remarque 1 : Le système de serrage du brassard pourrait être également améliorer comme il est assez difficile de bien l'ajuster/serrer quelle que soit la taille du poignet. Il semble également que le scratch se détériore assez vite.

Remarque 2 : Soloshot propose une 2e optique, Optic65, avec un zoom x65 et une résolution 4K


lundi 29 janvier 2018

Test : Planche de surf Tribord 5.4 soft top : Fun, pas chère mais sans en demander trop


Depuis 6 mois, on teste en famille la planche de surf Tribord 5.4 et je vous livre aujourd'hui nos conclusions sur cette planche soft (ou soft top) commercialisée chez Décathlon à moins de 170 euros, soit un prix très doux.

Premières impressions : La planche est courte (5.4 soit 1m65) et plutôt réussie visuellement : elle ferait presque penser à un mini Simon. On a beaucoup aimé le revêtement du dessous avec son dégradé irisé rouge et jaune assorti aux dérives "twin" en plastique à bords souples. Le revêtement du deck (dessus) et des rails est en polyéthylène haute qualité bleu comme sur la plupart des soft-tops.

La planche est livrée avec le leash et ses 2 dérives.

Première prise en main : Les enfants ont adoré, notamment mon fils de 7 ans, bien que la planche soit 
quasi impossible à porter sous le bras en raison de sa largeur. 
En revanche, comme elle est légère, aucun problème pour la porter sur sa tête.
Si sa largeur constitue également un handicap pour la rame chez de jeunes enfants qui n'ont pas les bras 
très long, il est vite surmonté par la facilité à prendre des vagues grâce à la surface de flottaison et
au volume généreux de la planche, supérieur à celui de 2 bodyboards.
Bref mon fils n'a pas mis longtemps à prendre ses premières vagues, même molles.

De mon côté, après une ou 2 vagues sur un baby point, je n'avais qu'une hâte, tester le surf Tribord 5.4
dans de plus grosses conditions, ce que j'ai fait dans la foulée. Autant vous dire que j'ai pris un méchant 
wipe-out sur mon premier bottom turn sur une vague de 2 mètres. La planche n'a quasi pas tourné et je 
me suis fait éclater par la lèvre, avant de me faire trainer par "mon double bodyboard" aspiré avec la mousse.
Le point faible et mon erreur ont été facilement identifiés : Les grosses dérives twin sont très jolies mais très
très (trop) souples donc elles n'accrochent pas des masses.

Bref, j'ai adopté un style plus soft, essayé de mieux placer mes appuis et réussi à enchainer quelques rollers
Après 6 mois de pratique occasionnelle, je m'amuse toujours autant avec cette planche de surf 5.4 Tribord, 
mais je me méfie toujours quand il y a de la taille, de la puissance et de la vitesse. 

Vous l'aurez compris, je ne suis pas un grand surfeur, mais un vieux surfeur certes; mais "solide" 
et je pense que vu le prix de ce joujou, on aurait tord de se priver. 
D'autant que dès qu'il commence à y avoir du monde à l'eau, il n'y a pas mieux qu'un soft top pour se faire 
plaisir en enchainant les figures dans des conditions maximales de sécurité pour soi et 
pour les autres surfeurs. Habitant près d'un spot extrêmement fréquenté en saison,  je suis ravi de prendre 
cette planche soft top Tribord qui ne risque de blesser personne, peut mettre être utilisée comme un 
bouclier si besoin est (contrairement à une planche classique à 600€+) et permet même d'amuser la galerie.



Pour pouvoir attaquer un peu plus, cela vaudrait la peine d'essayer de remplacer les ailerons Tribord 
par des dérives FCS en dur, d'autant que les boitiers sont compatibles. Je ferais certainement un petit edit
à ce test lorsque cela sera fait.

Les "plus" du surf Tribord 900 5.4 Soft :
- Prise de vague aisée de 7 à 77 ans
- Sécurité maximale grâce aux matériaux utilisés
- Prix ultra doux pour une "vraie" planche soft, livrée avec leash et ailerons
- Solidité relative (le revêtement du deck prend néanmoins facilement des coupures)
- Look général
- Le format compact qui tient facilement dans une voiture, même en largeur (propriétaires d'Austin
mini s'abstenir)

Les "moins" du surf Tribord 900 5.4 Soft :
- Ailerons trop souples compte-tenu de leur taille (pas facile d'être radical)
- Les ailerons peuvent assez facilement se déformer si la planche est mal stockée ou transportée
- Planche assez large donc pas facile à porter ni à ramer pour les petits gabarits
- les boitiers d'aileron ont tendance à prendre du jeu, perturbant l'accroche des dérives, donc même en 
remplaçants les dérives par des FCS, le problème restera le même. Il semblerait d'ailleurs que ce soit
un problème identifié par la marque qui semble avoir stoppé la commercialisation des modèles série 900.

En conclusion, je dirais n'hésitez pas à offrir ou à vous offrir cette petite planche idéale dans des vagues
de 50cm à 1m50, notamment les beach breaks ou quand il y a beaucoup de monde à l'eau.



Related Posts with Thumbnails