jeudi 26 février 2009

Swiss Life Mutuelle à éviter !!!


Comme je devais subir de gros soins et travaux dentaires, j'ai décidé de changer de mutuelle et j'ai commencé à comparer les couvertures proposées par les différents organismes présents sur le marché français. (et le terme marché est visiblement très bien choisi)

Au final, j'ai choisi Swiss Life Mutuelle avec une couverture P5 renfort B (dentaire) supposée m'apporter 300% de remboursement (sécu+mutuelle) à un tarif plutôt raisonnable, de l'ordre de 40-50€ par mois.

Sur le papier l'offre Swiss Life était la meilleure, d'autant que contrairement à pas mal d'autres mutuelles, il n'y a pas de période de carence ni de plafond annuel.
Ce dernier point étant très important quand on a besoin de couronnes céramométalliques, malheureusement très mal remboursées par la sécu qui assimile encore ça à de la chirurgie esthétique...

Le seul hic prévisible de cette couverture étant alors un forfait de remboursement des actes hors nomenclatures plutôt restreint : 205€ par an.

Voilà ça c'était la théorie, maintenant voici comment cela s'est vraiment passé pour moi et toutes les déconvenues auxquelles je fais face depuis mon adhésion :

1° On m'avait annoncé une télé-transmission régime obligatoire-mutuelle pour les travailleurs indépendants : que nenni ! il faut désormais que je transmette mes décomptes sécu à ma mutuelle. Résultat : Encore du temps perdu avant d'être remboursé.

2° Rapidité des remboursements : Rapidité n'est pas le mot, l'attente est longue quasiment 3 semaines après transmission des éléments. Le pire étant qu'on vous annonce un remboursement par virement effectué à telle date et que 9 jours plus tard, la somme n'apparait toujours pas sur votre compte en banque... J'en connais qui font trainer !
Préparez-vous à jongler avec votre découvert autorisé.

3° Remboursement 300% sur les soins : Attention là c'est 100% de l'arnaque marketing. Ce qu'il faut savoir c'est que les dentistes n'ont pas le droit de pratiquer d'honoraires libres pour les soins dentaires (on ne parle pas des prothèses, mais bien des soins). Donc ils ne peuvent transmettre à la sécu que le tarif conventionné sur lequel il est impossible de nous rembourser 300%. Donc les sommes payées en sus ne seront pas remboursées et cela même sur présentation de la facture du dentiste.
Le pire c'est que j'avais transmis mon devis préalablement aux travaux, afin de savoir quelles sommes resteraient à ma charge, et que le devis renvoyé par la mutuelle m'annonçait une prise en charge à 300%.

Voici une petite simulation de mon remboursement pour illustrer ma situation (sur une seule dent, donc imaginez multiplié par plusieurs dents!!!)
Tarifs dentiste : 245€ (somme effectivement payée)
Base remboursement sécu : 81€
Remboursement sécu : 57€ (somme effectivement remboursée)
Remboursement Swiss Life (devis) : 188€ (remboursement annoncé)
Remboursement Swiss Life (réel) : 24€ (somme toujours non créditée mais virement annoncé il y a plus de 9 jours)

Bilan : 164€ de ma poche (imaginez fois 8 molaires)

4° Service client : Zéro pointé
Pour vous mettre dans l'ambiance : quand on appelle, une fois sur 4 on vous demande de renouveler votre appel car tous les conseillers sont occupées, déjà ça agace.
Ensuite voilà comment ça s'est passé pour moi quand j'ai constaté que je n'étais remboursé que d'une infime partie des sommes annoncées :
- Acte 1 : Une sympathique chargée de clientèle me dit qu'il suffit juste que j'envoie ma facture par fax (renvoyer est plus exact car je l'avais déjà transmise) à son attention, qu'elle s'en occupe et que je serai vite remboursé du complément.
- Acte 2 : Mais comme je ne vois venir aucun remboursement je rappelle : Impossible de joindre cette chargée de clientèle qui m'a promis de s'occuper personnellement de mon dossier.
- Actes 3, 4, 5, 6... : Je rappelle et j'envoie des fax demandant que V******* (son prénom) me rappelle. Pour info j'ai transmis 2 fois ma facture qui très étonnament n'était toujours pas dans mon dossier.
- Acte 8 : Ce matin, une autre femme me rappelle, sans se présenter autrement que par un prénom ni annoncer sa fonction au sein de Swiss Life. Elle propose de reprendre mon dossier à zéro, car la chargée de clientèle précédente n'a jamais existé dans le service.
Son discours : Je ne serais jamais remboursé des sommes en dépassement.
Elle réussit même à me placer qu'il faut faire vite parce qu'elle m'appelle sur mon portable. Elle a du oublier que j'ai essayé de rappeler la 1ere opératrice à 10 reprises et à 0,15€ par minute sans succès, dont plusieurs fois où l'on m'a raccroché au nez, sans oublier celle, mémorable, où après une coupure inopinée je rappelle et l'on me dit que le service vient juste (entre-temps) de fermer.
On croit rêver, mais non c'est Swiss Life !

Au final et comme vous l'aurez compris, on a vraiment l'impression qu'on nous prend pour des cons et donc à titre perso, je ne conseillerais à aucun de mes amis de souscrire une mutuelle complémentaire chez Swiss Life.

PS : Bien entendu je ne manquerais pas de vous tenir informé des suites apportées à mon dossier par Swiss Life, car la dernière femme que j'ai eu en ligne m'a promis de se renseigner auprès de la sécu pour savoir si un dentiste pouvait ou non facturer des dépassements d'honoraires sur les soins et auquel cas les télé-transmettre. Et de me donner une réponse par courrier... un 2e coup de téléphone aurait certainement été trop couteux !!!

RPS : Sachant que s'ils ne peuvent pas facturer de dépassement, Swiss Life ne peut en aucun cas rembourser 300% sur des soins, ce n'est pas mathématiquement possible et on est donc vraiment pas loin de la publicité mensongère.
Et sachant que si le dentiste peut facturer des dépassement mais pas les télétransmettre, Swiss Life ne peut pas ne pas les rembourser sauf à ne pas respecter les clauses de sa garantie.
Dernier cas possible, le dentiste a le droit et doit télétransmettre : dans ce cas-là mon dentiste télé-transmettra la différence et Swiss Life sera obligé de me rembourser les sommes dues.
Mais je vous parie qu'au final et même s'il n'y a pas de 4e possibilité, c'est bibi qui en sera de sa poche, car avec toutes ces grosses boites, c'est le pot de terre contre le pot de fer... jusqu'à ce qu'elles perdent la confiance de leurs clients, qu'elles coulent et qu'in fine on paye l'ardoise* avec nos impôts.

*cout du redressement / indemnités de chômage des employés sur le carreau, substitution de l'état à la compagnie pour assurer l'indemnisation des assurés...

lundi 23 février 2009

Biobble, bienvenue dans l'éternité 2.0 !


Biobble, qu'est-ce que c'est ?
Un site Internet communautaire où chacun peut se créer une page personnelle conservée perpétuellement et automatiquement référencée sur Google. Pour les non initiés, ça veut dire que quand on tape son nom sur Google, on trouve directement notre site chez Biobble.

Ca sert à quoi ?
Visiblement à plein de choses :)
- Pour tout de suite : À avoir un site Internet pour dire qui on est ou ce que l'on fait, voire à améliorer le référencement de son blog ou à gagner de la visibilité si on est un artiste ou plus généralement un indépendant qui a besoin de se faire connaître.
- Pour plus tard : ça permet de transmettre son histoire et celle de sa famille à ses enfants et pourquoi pas, comme le dit Alexandre Jardel, aux générations futures.
Personnellement je trouve que c'est une bonne idée de permettre aux gens comme vous et moi de laisser une trace quelque part pour la postérité.


Qu'est ce que j'aime ?
- Le concept ambitieux et intéressant, qui pourrait quasiment devenir un service d'utilité publique.
- la possibilité d'offrir une biobble réalisée par un biographe officiel à ses grands-parents : Ainsi on est sur de pouvoir transmettre leur histoire à ses propres petits enfants, car c'est dommage que ces êtres chers ne soient plus pour nos descendants que de vieux aïeux quasiment anonymes dans les albums de photos des parents.
- Le côté très complet du profil qui ne se limite pas à la bio et que l'on peut enrichir avec des dossiers, des anecdotes, des vidéos, des photos...
- L'interview qui m'a beaucoup amusé : c'est une bonne façon de démarrer sa biobble, rapide et ludique. Soit on choisit ses questions parmi une liste, soit on se les compose soi-même.

Ce qui manque ?
Un peu plus de publicité autour du concept, assez génial au demeurant mais pas assez connu. C'est typiquement le genre de service qui devrait bénéficier d'un bon buzz sur Internet afin de pouvoir s'imposer !
- Un peu plus d'utilisateurs à l'étranger, car le concept n'aura du sens que s'il y a vraiment des gens de partout dans le monde.

Mon conseil : Allez découvrir le site biobble et créer votre profil. Si comme moi vous aimez le concept, 2 manières de les soutenir : s'offrir l'éternité en souscrivant à l'option "perpétuel" depuis leur boutique ou offrir sa biobble à votre papy préféré.

Tomb Raider Underworld pour Xbox 360 : Le digne héritier

Je me souviens encore avec nostalgie des heures passées à me creuser la tête avec mon pôte Seb quand nous essayons de progresser à travers les premiers épisodes de la saga Tombraider : Des nuits blanches à arpenter en long en large et en travers les niveaux à la recherche d'un indice qui aurait échappé à notre vigilance et qui nous permettrait de passer à la suite.
Aussi n'ai-je pas résister à acheter le dernier volet en date des aventures de Lara Croft, conçu pour les consoles de dernières générations.

Mon avis sur Underworld :

Graphiquement, ce nouvel opus est magnifique, jamais les textures n'ont été aussi abouties et réussies, notamment le rendu de l'eau est éblouissant et l'on aurait presque envie de plonger aux côtés de Lara. Il faut aussi saluer le travail des stage designers, les architectes virtuels qui signent ici des décors à vous couper le souffle.

La jouabilité a certes encore progressé, Lara effectue de nombreux types de mouvement très bien rendus, mais on est encore loin à mon goût du pinacle. Il reste encore quelques bugs qui entravent la fluidité du jeu, où le personnage de Laura se bloque, mais qui fort heureusement ne nécessite pas un redémarrage de la console. Quelques appuis en tous sens sur toutes les touches et notamment quelques coups de feu suffisent à faire reprendre ses esprits à la belle aventurières. On regrette également certains mouvements de caméra figés qui ne permettent pas de se faire une bonne idée de la situation : On aurait aimé être plus libre de maitriser le regard de Laura et ne pas sentir ces entraves du gameplay qui ont malheureusement toujours émaillé l'excellence de tous les précédents opus. Car c'est vrai qu'au final, on a toujours l'impression d'être sur des rails, comme canalisés dans le décor d'une attraction de fête foraine : on ne grimpe pas n'importe où et on ne s'éloigne jamais du coeur de l'action.

Revers positif de la médaille, le rythme de cet opus est soutenu, on ne s'ennuie jamais et l'on progresse assez vite dans l'intrigue. Le scénario n'est pas fantastique mais on se laisse porter par la magie des décors et des cinématiques agréables et pas trop longues.

Ce qui peut agacer mais qui fait un des charmes de cet opus, c'est que l'on peut terminer un niveau en étant passé à côté de nombreux artefacts*, mais aussi et c'est plus déstabilisant, à côté des fameuses reliques. En fait on arrive à sortir du niveau et à poursuivre l'intrigue sans avoir découvert le but de notre quête. Car bien que le scénario soit assez linéaire, on peut aisément explorer telle zone avant telle autre et ne plus pouvoir faire marche arrière.
Personnellement j'ai recommencé 2 niveaux entiers quand je me suis rendu compte que je m'apprêtais à les finir sans la relique.

Dommage également que les monstres et autres ennemis "attendent le client" passivement comme au train fantôme, quand on aimerait qu'ils nous surprennent à la manière de "Resident Evil". Là on les élimine un peu facilement, parfois même sans leur avoir laissé la moindre chance.

En conclusion : Tomb Raider Underworld est un très beau jeu qui plaira sans conteste à tous les aficionados de la saga, même si les plus exigeants déploreront que les points faibles des précédents volets n'aient pas été suffisamment corrigés.

lundi 16 février 2009

Vélo 1er prix : GoSport ou pas ?


Le vélo est de plus en plus à la mode dans nos villes, et quand on décide de
se jeter à l'eau et d'investir dans un 2 roues, on constate vite qu'il y en a à tous les prix.

Si notre budget est limité ou si l'on souhaite encore éprouver sa motivation, on va s'orienter vers un vélo 1er prix : un vélo de ville basique avec des garde-boues (pour éviter les éclaboussures par temps de pluie), des phares (pour circuler en sécurité la nuit), un porte-bagage (au cas où), un couvre-chaine (pour éviter le cambouis sur son pantalon) et éventuellement un petit panier à l'avant (pour trimballer la baguette, un bouquet de fleurs, des livres...).
Décathlon, GoSport et les supermarchés ont bien compris qu'il y avait un créneau et nous propose chacun leur vélo premier prix.

Personnellement j'ai opté pour le modèle GoSport et c'est ceui que je vais décortiquer pour vous aujourd'hui.

Ce que j'aime :
- Un vélo très bien équipé de série à un prix raisonnable (selon la période et les promotions en cours, entre 120 et 150 euros)
- 6 vitesses pour pouvoir pédaler facilement quelle que soit la topographie (et le dénivelé)
- Un look classique et sobre lié à l'unique couleur noire dans laquelle le modèle est proposé.
- Une selle de série assez confortable
- La première révision gratuite

Ce que j'aime moins :
- La boite de vitesse qui se dérègle rapidement : très vite on ne peut plus compter que sur 3 à 4 vitesses (au lieu de 6).
- L'absence d'une vitesse qui permettrait de rouler un peu plus vite sur terrain plat. (notamment quand on roule avec des amis, on peine un peu pour les suivre)
- La dynamo qui n'est pas pratique à actionner et qui se détraque très vite : on se retrouve vite à rouler en permanence avec, jusqu'au moment où elle nous lâche complètement et ne fonctionne plus du tout. À revoir complètement !!!
- Le porte-bagage un peu mou qui se déforme dès que l'on essaye de porter un passager.
- La qualité globale d'assemblage qui fait que le vélo doit être révisé fréquemment afin de rester en bon état.
- Le panier de série qui est un peu petit... peut-être pour nous encourager à en changer pour un plus grand modèle (vendu une vingtaine d'euros)

En conclusion :
C'est un vélo d'entrée de gamme qui tient ses promesses : une solution clé en main complète pour faire du vélo en ville à moindre coût. En revanche, la qualité, notamment à long terme, laisse vraiment à désirer.

jeudi 12 février 2009

We love.com, un nouveau venu parmi les sites de soldes privées


Le concept "ventes privées" sur Internet marche bien.
On aime tous faire de bonnes affaires et ces sites nous donnent l'impression
que l'on peut acheter en solde toute l'année. Résultat, ces sites fleurissent sur la toile et finissent tous par se ressembler, que ce soit au niveau du nom, des produits ou des prix.

Aujourd'hui ma chronique porte sur un petit nouveau repéré sur Facebook we-love.com
Pourquoi celui-là ? Parce que j'y ai passé commande, bien évidemment !

Ce que j'aime chez we-love.com :

- Des marques et des créateurs sélectionnés. Certes on retrouve quelques classiques qu'on aura aperçu 2 semaines avant ou plus tard chez les concurrents, mais on trouve surtout des noms qu'on voit pas ailleurs. Pour celles et ceux qui n'ont pas envie d'être habillé comme tout le monde, et je pense notamment à ceux qui vivent dans des petites villes avec peu de boutiques, we-love.com c'est vraiment le site où vous pourrez dénicher des pièces et accessoires uniques, ou du moins différents.

- Un choix limité : on a pas l'impression d'être à la grande braderie de Barbès avec ces grands bacs où il faut retourner des kilos de vêtements pour trouver le bon, ou version Internet, ces sites où il y a 13 millions de référence et où on a juste l'impression que l'on essaye de nous refourguer les invendus.
Chez we-love.com, on a l'impression qu'il y a un véritable travail de sélection, on nous présente quelques pièces choisies. Comme ça si on trouve rien, on y aura pas passé 2 heures.

- Une livraison assez rapide : J'ai passé commande et j'ai reçu la marchandise moins d'une semaine plus tard. Remarque : Il s'agissait des fins de soldes, comme ils le disaient eux-même sur le site, ils vidaient leur placard... donc la marchandise était en stock. Mais bon, on en connait d'autres chez qui c'est "en stock" ou du moins présenté "comme" et qui mettent quand même 3 plombes à nous livrer.

Ce que j'aime moins chez we-love.com :

- J'ai commandé 2 articles identiques et j'ai reçu 2 articles différents. En l'occurrence, il s'agissait de 2 chemises blanches Michael Tapia. Les tissus et les blancs ne sont pas les mêmes... maintenant, la précision des photos lors de la commande ne me permet pas de dire laquelle j'avais effectivement commandé et au final, je suis ravi d'avoir 2 chemises différentes. Mais ça aurait pu plus mal tomber !

- On peut regretter que les chemises ne soient pas livrées dans des boites où elles seraient mieux protégées pendant le transport. Là elles sont emballées comme en magasin et mises directement dans une enveloppe à bulle. Un peu léger quand on connait la délicatesse de la poste. Mais bon, mis à part un col un peu écrasé qui aura besoin d'un coup de fer, c'est pas grand chose.

Le bilan ?

Encore un tout petit effort et c'est presque le sans faute. We-love.com propose un service différent et ils le font bien. Si vous êtes inscrit ailleurs, ne faites pas l'impasse sur cette alternative.

mercredi 4 février 2009

Choisir le bon vermifuge pour son chat


Quand on a un chat et que celui-ci n'est pas confiné 24h/24 dans un appartement et qu'il a l'occasion de crapahuter un peu et de rencontrer d'autres congénères, il n'est pas rare de se retrouver avec un problème de puces.
Et quand il y a puces, peu de temps après, il y a des chances qu'il y ait vers.
Déjà que les puces, ce n'est pas agréables, mais alors retrouver des petits vers morts sur son canapé, ça l'est encore moins.

La seule solution, éradiquer les vers : il faut vermifuger le chat.

Premier réflexe, courrir à l'animalerie la plus proche : Erreur, les vermifuges sont des médicaments et ne peuvent être vendues dans ces magasins spécialisés pour les animaux, il faut donc aller acheter le vermifuge dans une pharmacie. (idem pour les médicaments anti puces)

Pour information, il n'est pas nécessaire d'avoir une ordonnance de vétérinaire pour acheter un vermifuge (idem pour les médicaments anti puces).

En revanche, il est possible que votre pharmacien ait plusieurs produits à vous proposer. Il est également possible qu'il soit infoutu de vous conseiller lequel choisir. À la rigueur, certains pharmaciens qui n'ont aucune idée de la question pourront néanmoins vous conseiller en fonction de la réputation et du sérieux du laboratoire fabriquant le vermifuge.

Toujours est-il que je les ai à peu près tous testé, et je peux vous dire que si nos pharmaciens ne sont pas très callés sur la question, il semble que certains laboratoires commercialisant des vermifuges pour chats, n'aient jamais approché un de nos camarades à 4 pattes de près.

Je m'explique, les solutions proposées sont souvent très difficiles voir impossibles à mettre en pratique dans la réalité. En effet le format et le mode d'administration requièrent souvent, à moins d'avoir un animal qui se laisse totalement faire (ce qui est rarement le cas avec nos amis les chats), d'être aidé par une autre personne (voir un vétérinaire) afin de faire ingurgiter son médicament à notre chat.

Aussi sans entrer dans une discussion comparée entre toutes les marques, voici quelques conseils pour ne pas rater votre achat d'un vermifuge et réussir à traiter un chat contre les vers.

1° Éviter le traitement en comprimé : le seul que j'ai essayé proposait des cachets de la taille d'une pièce d'un euro, ce qui est gigantesque à faire avaler à votre chat. Et même si ce comprimé est sécable en deux, vous risquez de blesser la gorge de votre chat en lui insérant le comprimé. (en partant du principe que je ne connais pas de chat qui avale de bonne grâce une pilule)
Je préciserais que j'ai essayé de broyé le comprimé pour le mélanger à de la paté, du lait, l'enrober dans du beurre, mais rien n'y fait et au final, tous ces comprimés gâchés, ça coute cher.

2° Éviter le traitement en "seringue" qui permet de propulser le produit au fond de la gorge du chat. J'ai cru que c'était la bonne solution, mais c'était avant d'avoir acheté le produit et lu la notice. Pour un chat de taille moyenne, il faut quasiment lui vider 3 seringues entière dans la bouche, autant vous dire que la séance vire au cauchemar pour le chat comme pour vous-même.

3° Je n'ai découvert la bonne solution qu'en désespoir de cause et au moment où je m'apprêtais à prendre rendez-vous chez le vétérinaire pour qu'il se charge du "sale boulot" :) Le traitement anti vers existe également sous forme de pipette en solution cutanée qui traverse "toute seule" le derme de notre chat. (idem pour les puces)
C'est vraiment la solution la plus facile à utiliser et je la recommande.

Remarque : J'aurais tendance à croire que la 4e solution est peut-être la plus efficace. Il est également possible de traiter le chat via une injection, mais je n'en ai pas plus parlé car l'objectif de ce post était de présenter les solutions qui s'offrent à nous sans passer par la case vétérinaire.

Gulf Air pour aller en Inde ? Moi je dis non !


J'ai utilisé la compagnie aérienne Gulf Air pour aller en Inde et je dois dire que je n'en ai vraiment pas été satisfait.
Il s'agissait d'un vol Paris-Mumbai avec une escale à Bahrein.

La liaison Paris-Bahrein est plutôt correcte avec un avion gros porteur qui semble récent et bien entretenu. Voyageant en classe éco, comme chez tous leurs concurrents, la place qui nous est allouée dans l'appareil est plutôt exigüe.
La nourriture est assez correcte à l'aller et bien moins bonne au retour sur cette même liaison.
L'équipage est agréable mais sans plus avec les passagers de la classe éco.

La liaison Bahrein-Inde ou plus exactement dans mon cas, Bahrein-Mumbai est quant à elle ABOMINABLE ! Honteux !
L'avion est en mauvais état intérieur, ce qui laisse présager le pire pour l'extérieur.
Les toilettes de l'appareil sont innommables et cela même au départ.
L'équipage est franchement très très limite agréable et on a vraiment ainsi l'impression d'être monté à bord d'une bétaillère, où tout ce que l'on peut faire, c'est fermer sa gueule.
On a l'impression que c'est vraiment une liaison destinée à transporter le "petit personnel" de l'émirat, main d'oeuvre pour laquelle il semble que l'on ait aucune considération.

Franchement, je déconseille cette compagnie sur ce type de liaisons secondaires.

En conclusion : Une compagnie qui a de très gros effort à faire concernant le service et le respect apportés aux passagers, qui sont, il faut peut-être leur rappeler, leurs clients ! Chef de cabine fuyant, personnel de permanence à Barhein extrêmement limité en nombre après 23h alors que de nombreux vols doivent encore partir, service renseignement plutôt incompétent et tout sauf serviable ! Une vraie cata !

Remarque sur l'aéroport de Bahrein : Franchement, il devrait peut-être moins mettre l'accent sur les belles bagnoles et la F1 et investir un peu plus sur l'infrastructure. Salle fumeur particulièrement immonde. Aéroport très très décevant à l'image de la compagnie aérienne nationale.
Related Posts with Thumbnails