jeudi 19 novembre 2009

iMobsters, premiers pas dans la mafia sur iPhone, attention addictif


iMobbsters est un jeu qui n'est pas sans rappeler le mythique et antique drugs war pour mac et PC, ou dope war, l'appli facebook. Ce jeu pour iPhone vous propose d'incarner un truand qu'il faudra aider à devenir un caïd en lui faisant réussir différentes missions, combats, braquages...
Petit à petit, il faudra développer son équipement, acquérir des armes et des "business", dealers de rue, drugstores, boites de nuit, casinos, centres commerciaux, hotels... puis constituer son gang en recrutant d'autres joueurs, attaquer d'autres gangs pour leur voler leur magot, réussir les missions pour gagner des points d'expérience et monter dans la hiérarchie des voyous.
La spécificité de Mobsters, c'est que le jeu tourne 24h/24, même lorsque l'on est pas connecté : votre personnage continue à gagner de l'argent, à se faire attaquer par ses rivaux, à récupérer des points de vie, d'énergie, nécessaires pour mener les différentes actions demandées.
Résultat pour ceux qui mettront le doigt dans l'engrenage, Mobsters devient un jeu ultra addictif, auquel on ne cesse de revenir tout au long de la journée.

Les qualités du jeu iMobsters pour iPhone:
- Pas besoin d'être agile et de maitriser des mouvements compliqués, le gameplay est ultra simple à maitriser et la progression du gang dépend plus de la stratégie adoptée, que de combinaisons de mouvements, le rendant accessible au plus grand nombre de joueurs.
- un énorme réseaux de joueurs tout autour du monde
- des heures de jeux, voir des mois de jeu pour parvenir jusqu'au plus haut niveau.
- iMobsters est un jeu gratuit disponible sur l'App Store.

Les défauts du jeu iMobsters pour iPhone :
- le principal défaut du genre, c'est son extrême répétitivité qui peut finir par lasser : Mobsters est une course quasi sans fin pour cumuler les business, les armes, les co-équipiers, les points d'expérience, les niveaux... La routine s'installe vite.
- On regrette que la stratégie n'intervienne pas plus dans les combats, qu'on ne puisse pas lancer un assaut contre les business des gangs ennemis pour récupérer leurs centres de profit, casinos ou autres...
- c'est un jeu de longue haleine, on ne fait pas une petite partie de 2 minutes comme ça pour rigoler et biensur, on ne prête pas son iPhone à un ami pour essayer.
- uniquement disponible en anglais.

En conclusion : IMobsters en convaincra certains, pas d'autres... Pour ceux qui connaissent World of Warcraft et qui un jour ont laissé tomber quand ils se sont rendus compte qu'ils étaient devenus accrocs à un jeu dont la progression ne dépend que du temps qu'on y passe, ils feront vite le parallèle. Personnellement, même s'il est tentant de progresser dans le jeu, je trouve que le concept est lassant et qu'il faut absolument que je supprime cette application afin de ne plus être tenté d'y revenir. En tous les cas, un jeu à essayer pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec les gameplay complexes, d'autant qu'iMobsters est 100% gratuit, à moins de vouloir demander des faveurs au parrain.

mardi 17 novembre 2009

FAST, un jeu de combat aérien pour iPhone, vraiment bien!



F.A.S.T. - Fleet Air Superiority est un jeu sur iPhone destiné aux fanas de combat aérien, qui pourrait faire penser à Hawx, son grand frère disponible sur Xbox 360.
Intrigué par ce jeu dont m'avait parlé un ami, je l'ai acheté sur l'Apple store pour 0,79 centimes d'euro. Voici mon avis sur le jeu FAST :

Les qualités du jeu FAST :
- Des graphismes assez beaux et fluides
- Une prise en main assez rapide et intuitive grâce à un gameplay soigné
- La possibilité de jouer en multijoueur en ligne (duel 1 contre 1, 2 contre 2 ou free for all)
- La possibilité de créer des parties privées pour affronter ses amis
- La possibilité d'écouter ses musiques iTunes via la fonction jukebox pour piloter au son de ses titres favoris

Les défauts du jeu FAST :
- Hormis les 2 avions fournis de base pour 0,79 cts et si vous n'êtes pas suffisamment bon pour gagner de nouveaux avions, pour obtenir les 11 autres appareils, il faudra payer jusqu'à 1,79 euros (par avion)
- Pas de Rafale (Dassault) disponible
- Maniabilité difficile à maitriser
- Démarrage en vol uniquement
- Interface uniquement disponible en anglais
- Décors pas suffisamment variés (on a vite fait le tour de la map unique)
- quelques bugs lors des parties multijoueurs


Conclusion:
Malgré quelques défauts, FAST est un jeu assez époustouflant (en se rappelant que l'on n'est pas sur une Xbox ou une PS3, mais seulement sur son iPhone) et très divertissant. Il sera peut-être un peu lassant à la longue, mais offrira quelques très bonnes heures de jeu en attendant, et on peut espérer qu'il reçoive quelques améliorations : la possibilité de décoller et d'atterrir, de nouveaux appareils, de nouvelles cartes et pourquoi pas de nouvelles missions.
Mais pour 0,79 cts d'euro, c'est un bon investissement, alors n'hésitez pas à l'essayer si vous aimez piloter des zincs à mach 2 et virevolter dans des dogfights acharnés.

vendredi 13 novembre 2009

Banc d'essai des canapés Ikea (test conso)


Après presque 4 décennies de bons et loyaux services, j'ai décidé de me séparer des canapés hérités de mes parents. Comme quoi, un canapé peut être un investissement à long terme, si l'on prend le temps de choisir un design intemporel et une qualité haut de gamme.

N'ayant pas les moyens de racheter des canapés de designer, j'ai décidé de faire un tour chez ikea pour choisir les successeurs des miens, et comme je sais que tout le monde n'a pas la chance d'avoir un magasin à proximité et que de nombreuses personnes se posent des questions sur les canapés proposés par le distributeur suédois, je me propose de partager avec vous lecteurs les fruits de mon enquête.


Pour commencer, voici la liste de mes critères de sélection pour un canapé :
1° Le design général : ligne, aspect...
2° Le design des pieds de canapé : le détail qui peut tuer
3° Le confort : un critère essentiel sauf peut-être pour une salle d'attente
4° La qualité : solidité, traitement anti-tâche, espérance de vie...

Chacun de ces critères sera noté de 1 à 10, 10 étant donc le maximum attribuable à chaque critère.

Précisons que je n'ai encore acheté aucun de ces canapés et que mon avis repose sur un test des différents canapés Ikea, réalisé in situ dans le magasin.
Bien évidemment la note du design est très subjective, puisqu'elle correspond à mes goûts personnels et à l'adéquation entre le style du canapé et l'idée que je me fais d'un intérieur déco. Néanmoins, j'essayerais d'être le plus objectif possible.

Tableau comparatif des différents modèles de canapés Ikea :

référence produit
design général
design des pieds
confort
qualité
prix de base
nb de places
Karlstad
6
4
6
6
349€
3
Ektorp
7
7
7
7
349€
3
Stockholm
8
8
7
8
1199€
3,5
Tylosand
7
8
6
6
749€
3
Klippan
6
5
4
5
219€
2
Vaxholm
7
7
5
6
1100€
2,5
Kramfors
7
4
5
5
549€
3
Rorberg
6
4
6
6
199€
2
Lillberg
4
5
4
6
239€
3
Klobo
4
5
4
4
89€
2
Alvros
4
8
7
7
1499€
3
Arild
7
6
5
6
1149€
3
Beddinge
3
5
4
6
189€
3


Tableau de synthèse du test des canapés Ikea (catalogue 2010) :

référence du canapé
moyenne générale
Commentaires
Karlstad
5,5
accoudoirs trop verticaux, pieds trop massifs
Ektorp
7
un excellent rapport qualité prix
Stockholm
7,75
le haut de gamme, ambiance design à prix abordable
Tylosand
6,75
un peu ferme et plutôt design
Klippan
5
beaucoup trop ferme, pas assez confortable
Vaxholm
6,25
Assez beau, mais pas assez cosy, pas idéal pour une soirée télé
Kramfors
5,25
Moins confortable qu'il n'y parait, assise et dossier trop ferme
Rorberg
5,5
Assez confortable, potentiellement design, seul regret la structure disponible en blanc uniquement n'est vraiment pas esthétique
Lillberg
4,75
Visuellement peu accueillants, il me rappelle les canapés des appartements de location à la montagne ou à la mer
Klobo
4,25
Un canapé pour les minis espaces et budgets assortis... un investissement pour un studio d'étudiant
Alvros
6,5
Pas spécialement beau ni élégant, mais d'un confort agréable
Arild
6
Assez élégant mais pas très accueillant ni cosy
Beddinge
4,5
Le produit basique pour les étudiants voulant disposer d'un convertible



Perso, je pense opter pour un ensemble canapé + fauteuil Stockholm en tissu... dès que ce sera fait (si je n'opte pas pour une autre marque), je publierais mon avis sur ce blog.

N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous possédez un de ces canapés chez vous... Plus on a d'information, moins on se trompe, et quand il s'agit d'une grosse dépense comme celle d'un canapé, c'est vraiment important.


PS : Le classement final des canapés IKEA :


classement
photo
référence du canapé
moyenne générale
prix
1
canapé stockholm
Stockholm
7,75
1199€
2
Ektorp
7
349€
3
canapé Tylosand
Tylosand
6,75
749€
4
canapé Alvros
Alvros
6,5
1499€
5
canapé vaxholm
Vaxholm
6,25
1100€
6
canapé arild
Arild
6
1149€
7
canapé karlstad
Karlstad
5,5
349€
8
canapé rorberg
Rorberg
5,5
199€
9
canapé Kramfors
Kramfors
5,25
549€
10
canapé klippan
Klippan
5
219€
11
canapé Lillberg
Lillberg
4,75
239€
12
canapé Beddinge
Beddinge
4,5
189€
13
canapé Klobo
Klobo
4,25
89€

mercredi 11 novembre 2009

Breaking Bad, la série alter ego drogue dure de Weeds


Voilà une série qui ne fera pas rire tout le monde, délibérément déconseillée à certains publics, mais qu'adoreront cependant les amateurs d'humour noir, fan de Vuillemin en tête.

À noter que Breaking Bad a déjà reçu 5 prestigieux awards 5emmy, Satellite...)aux USA, dont le très envié Writers Guild Award.

Le pitch de la série Breaking Bad :
L'histoire d'un brillant chimiste dont la carrière a emprunté une voie de garage, alors même qu'il a contribué à l'obtention d'un prix nobel, et qui peine tellement à joindre les 2 bouts, qu'en plus de son poste de prof, il travaille dans une station de lavage.
Sa vie dérape, quand il fait un malaise et que le docteur lui apprend que ses jours sont comptés... il est atteint d'un cancer du poumon inopérable. Le sage professeur va alors entrer dans la spirale infernale du monde des dealers de meta-amphétamine, une des drogues qui fait le plus de ravage à notre époque (ndla).

Contre toute attente, cette série, résolument décalée, est très drôle et l'on devient vraiment accroc au bout de 2 épisodes, le temps de dépasser la mise en place des personnages et de découvrir les principaux ressorts de l'intrigue. Dans son sujet et son esprit, cette série pourrait être comparée à Weeds, mais en fait, non! Breaking Bad est "à part" et si vous êtes capable de prendre les choses au second degré, je pense que vous devriez très vite adorer.

Pour découvrir Breaking Bad, c'est sur Orange Cinemax tout de suite, sinon il faudra attendre sa diffusion sur Arte.

mardi 10 novembre 2009

Hung, une série télé surprenante et drôle


Hung est peut-être une des séries américaines les plus étonnantes du moment.

Elle met en scène un ex beau gosse de 40 ans, divorcé, qui fut jadis un espoir du sport, mais qui va maintenant de galère en galère.

Ray Drecker (Thomas Jane) est au fond du trou quand il fait la connaissance d'une autre paumée (Anne Heche) à une conférence pour devenir "successfull", comme seuls les américains en ont le secret.

Mais cette dernière le convaint qu'il doit mettre à profit son seul atout pour arrondir ses fins de mois : son énorme pénis.

Et nos deux pieds nickelés de s'associer pour donner du plaisir aux riches "desperate housewives", lui comme gigolo et elle en improbable mère maquerelle.

Cette série, beaucoup plus fine qu'il n'y parait à la lecture du pitch, est certainement la nouvelle pépite dénichée par HBO. Le pilote diffusé après un épisode de la saison 2 de True Blood (autre grand carton à découvrir) a réalisé d'excellents scores d'audience : 10 millions de spectateurs tous médias confondus!

Aussi je vous invite à découvrir Hung, une série qui ne devrait plus trop tarder à débarquer en France, en espérant qu'elle ne soit pas réservée aux seuls abonnés Canal+... ce qui n'est pas impossible vu son thème et la frilosité de la programmation des autres grandes chaines.

Rat on the Run, un jeu de plateforme sympathique et gratuit sur iPhone


Comme il en faut pour tous les goûts et que tout le monde n'aura pas la patience d'apprendre à manier un FPS comme Eliminate Pro, je vous présente également le jeu "Rat on the Run", disponible en téléchargement gratuit depuis l'apple store.

Rat on the Run est un jeu de plateformes (le principe des mythiques Donkey Kong ou Mario et cie...) plutôt réussi graphiquement, qui met en scène une petite souris affamée.
Son objectif se remplir le ventre de fromage, malgré les nombreux dangers et obstacles qui protègent les morceaux de gruyère.

La prise en main du jeu est extrêmement rapide et vraiment accessible à toute la famille.
Que ceux qui psychotent (une bonne expression militaire à souhait) dès qu'il y a trop de boutons se rassurent, ici la seule action demandée est de taper sur l'écran pour faire sauter le souriceau. Une tape rapide et la souris fait un mini saut, un appui prolongé et la voilà qui saute aussi haut qu'elle peut. Si ce mode de contrôle peut sembler un peu frustre de prime abord, rassurez-vous, il n'en est rien au fil du jeu. Effectivement timing et stratégie seront des ingrédients nécessaires pour triompher des tableaux successifs.

Les "+" du jeu Rat on the Run pour iPhone :
- téléchargement gratuit
- nombreux modes de jeu accessibles
- tableaux riches et variés
- graphismes agréables
- prise en main facile
- difficulté croissante

Les "-" du jeu Rat on the Run pour iPhone :
Pas grand chose à reprocher à ce titre qui n'a que les défauts de ses qualités :
si on aime les jeux de plateforme, il n'y a pas de raisons qu'on aime pas Rat on the Run. À la rigueur, on peut regretter de ne pas pouvoir modifier le sens de déplacement de la souris, mais c'est également une des contraintes qui fait l'intérêt du jeu.

En conclusion, je ne serais pas plus royaliste que le roi, Rat on the Run est un petit jeu sympathique et drôle, idéal pour jouer dans les transports en commun ou dans une salle d'attente. Sa prise en main est accessible aux plus petits. À mon avis, un des jeux gratuits les plus réussis pour iPhone dans sa catégorie.

EliminatePro le jeu de l'anée sur iPhone?


Eliminate Pro est le premier FPS (First Person Shooter / jeu de tir en vue subjective) multijoueur en ligne disponible sur iPhone et son téléchargement est gratuit. Une bonne raison pour l'essayer, non?

Direction l'App Store, petite recherche "eliminate", sélection de Eliminate Pro et téléchargement. Le tout, fait en 5 minutes.

Lancement de l'application : Au premier chargement, l'appli a bloqué sur un écran noir.
Qu'à cela ne tienne, retour au menu de l'iPhone et je relance. Et là, miracle, ça fonctionne.

Après une très rapide inscription, choix d'un gamertag, email et mot de passe, la démo se lance. Première constatation : C'est beau, rythmé, même ma femme est venu voir ce qui se passait sur l'écran de mon iPhone. On croirait presque une bande annonce de film.

On y découvre très vite que Eliminate Pro n'est gratuit que dans des proportions limitées, mais visiblement suffisantes pour le tester et savoir, si oui ou non, on aura envie de dépenser quelques euros pour y jouer plus souvent.

Les Menus sont beaux, clairs, simples et en français, voilà déjà un très bon point pour ce jeu. Ayant compris qu'en version gratuite, je n'ai droit qu'à l'équipement standard, je clique direct sur "jouer".
Là, 3 modes de jeu nous attendent : Partie Mondiale, Match privé avec ses amis ou entrainement contre des bots.

Je choisis l'entrainement et découvre enfin le game play. Et je dois avouer que je suis vite assez bluffé. Si le principe de commande/contrôle du personnage, expliqué pendant le chargement, me semblait complexe et du coup me laissait un peu dubitatif, je dois avouer que la prise en main est assez rapide et étonnamment intuitive.
À ma grande surprise, j'ai même gagné la première partie, mais peut-être n'est ce seulement qu'une ruse bien orchestré par l'équipe de développement afin de nous faire adhérer au concept?

Si le contrôle via l'écran ne saurait remplacer un joystick -d'ailleurs à quand le joystick bluetooth pour iPhone?-, on s'habitue assez vite au principe : pouce gauche pour les déplacements (pieds), pouce droit pour le regard et pour tirer. Mais il est également possible selon l'endroit où l'on touche l'écran de recharger son arme manuellement, de zoomer...

Côté décors, là aussi le travail est bien fait : Eliminate Pro propose de belles arènes de jeu au graphismes fluides (test réalisé en wifi). Les packs sont bien évidemment de la partie : santé, invisibilité, vitesse...

Pour récapituler, voici les "+" du jeu Eliminate Pro pour iPhone :
- téléchargement et démo gratuite
- qualité des graphismes et des animations
- fluidité du game play
- un vrai FPS multijoueur en ligne
- possibilité de jouer entre amis

Les "-" du jeu Eliminate Pro pour iPhone :
- il faut payer pour pouvoir progresser, mieux s'équiper et bénéficier de toutes les fonctionnalités
- pas de joystick bluetooth (à vérifier)

En conclusion :
Comme je l'ai dit, je suis assez bluffé par ce titre et je pense que les fans de jeux vidéos, amateurs de Doom, Halo... ne devraient pas tarder à l'adopter. Eliminate Pro me rappelle à plus d'un égard l'excellent Nexus (FPS multijoueur en ligne gratuit pour mac) et je pense que le choix d'arènes, un peu réduit au départ, devrait bientôt bénéficier d'une beaucoup plus grande diversité. Et comme on peut l'essayer gratuitement, pourquoi se priver?

samedi 7 novembre 2009

Lire une vidéo, de la musique ou des photos stockées sur son mac sur sa télé via sa xbox grâce à Connect 360 : Époustouflant


Pour ceux qui ne peuvent s'offrir un apple TV ou qui n'en voient pas l'utilité, je vous présente aujourd'hui un petit logiciel intitulé connect360 et développé par Nulldriver qui va vous permettre de visionner des Divx (ou autre fichier multimédia) stockés sur le disque dur d'un mac, à partir d'une console Xbox 360 via le réseau wifi.

Quand on veut pouvoir lire une vidéo sur le grand écran du salon, alors que le fichier se trouve sur un mac installé dans une autre pièce, et que l'on ne veut ou ne peut pas tirer des cables, quand on n'a pas de disque dur multimédia, quand on ne veut pas graver un CD ou DVD, Connect360 est la solution la plus simple et la moins chère pour accéder au média center de votre mac depuis une console xbox360.

Matériel et configuration requise :
- une console xbox 360
- un mac avec OS X
- une box wifi d'un FAI (fournisseur d'accès Internet)
ou un routeur wifi connecté au modem
- le logiciel Connect360 (version gratuite d'essai ou version payante à 20$)

Comment installer connect360 et accéder aux fichiers média du mac depuis votre xbox :

L'installation est vraiment simple et ne demande aucune connaissance particulière en informatique ni bidouillage électronique, c'est 100% sans danger pour le mac et la xbox et cela ne remet pas en cause la garantie de ces produits.

1° Télécharger le logiciel Connect360 sur le site de Nulldriver Software, puis décompressez le fichier zip avec stuffit expander par exemple.
2° Double-clic sur le fichier Connect360.PrePane : on vous demande si vous voulez ajouter un sous menu Connect 360 aux Préférences Systèmes : acceptez ! Connect 360 s'installe automatiquement sur le mac.
3° Cliquer sur Connect360 puis sur settings, à priori tout est déjà bien configuré, mais il peut-être utile de diminuer l'intervalle des scans pour les vidéos, par défaut fixé à "toutes les 2 heures", afin de pouvoir rapidement trouver les fichiers ajoutés récemment.
Remarque : si vos films ne se trouvent pas dans le dossier "séquences", vous devez également spécifier le dossier, car connect360 ne cherche que dans un seul emplacement sélectionné dans les préférences de Connect360.
4° Cliquer sur start.
5° Allumer la xbox, aller dans paramètres > paramètres système > paramètres réseau > tester la connexion PC : la xbox va vous afficher la liste des ordinateurs accessibles où devrait apparaître le mac : Connect360
6° Retourner au menu ma xbox, choisir le menu media, sélectionner la source : le mac:Connect360 et miracle : vous obtenez la liste des fichiers présents sur le mac.
Remarque : la version d'essai du logiciel ne vous permet de référencer que 100 chansons, 100 photos et 5 films choisis aléatoirement.

Mon avis sur Connect360 :
J'utilise ce logiciel depuis maintenant plus d'un an et je dois dire que j'en suis extrêmement satisfait. Simple à configurer, simple à utiliser, il me permet de regarder les vidéos et divX stockés sur mon mac, confortablement installé dans mon canapé sur grand écran via ma xbox.
Autant vous dire que je recommande d'investir les 20$ demandés pour bénéficier de toutes la capacité de ce prodigieux logiciel, étonnamment méconnu des inconditionnels du mac et notamment de ceux dont les enfants réclament à cor et à cri une xbox 360 pour noël. Voilà une bonne occasion de leur faire plaisir en y trouvant également son compte.

mardi 3 novembre 2009

Haruki Murakami, Chroniques de l'oiseau à ressort : mon voyage initiatique vers la littérature japonaise


Le Barbu qui est de ses propres mots "un des fidèles lecteurs de ce blog" m'a demandé pourquoi je ne donnais jamais de critique de livres, se risquant même à envisager que je n'étais pas du style à lire des romans, trop occupé que j'étais à faire mu-muse avec des gadgets technologiques.

Piqué au vif dans mon amour (propre :) des livres,j'ai donc décidé d'ajouter encore une nouvelle rubrique à ce blog, bien que le concept de "test consommateur" me semble un peu trop mercantile pour y inclures mon humble avis littéraire.

Mais soit, qu'importe je me lance et j'espère qu'au moins "le Barbu" viendra commenter mes choix. Et pour commencer, j'ai décidé de vous parler d'un livre et d'un auteur que j'ai découverts assez récemment : Haruki Murakami et ses Chroniques de l'oiseau à ressort.

Ce livre est d'ailleurs à mon sens un bon choix pour attaquer l'œuvre de cet auteur extrêmement talentueux, plusieurs fois pressenti pour le Goncourt et notamment traducteur de Fitzgerald en japonais.

Instantanément conquis par la plume de Murakami, et ce, dès les premières pages, j'ai littéralement dévoré les chroniques de l'oiseau à ressort, qui vous invite à découvrir les états d'âme d'un trentenaire japonais de la classe moyenne, dont la vie ne tarde pas à glisser dans un subtil surréalisme, où se mêlent humour, poésie, critique de la société japonaise et féérie de la vie quotidienne.

Les chroniques de l'oiseau à ressort est de ces romans, qui, à chaque fois qu'on le rouvre, vous transporte immédiatement dans un monde parallèle, celui de son narrateur, un anti héro auquel on finit très vite par s'attacher. Vous l'ouvrez et "pftt"!, vous voilà dans l'univers presque anodin du personnage principal, mais où ce "presque" fait toute la différence.

Personnellement, quand je découvre un auteur et que j'aime sa plume, sa narration, ses sujets... Je ne peux pas résister à lire tout ce qu'il a écrit, et après avoir également dévoré "les amants du spoutnik", "la course au mouton sauvage" et "le passage de la nuit", c'est sans la moindre hésitation que je vous invite à vous procurer "les chroniques de l'oiseau à ressort".

En conclusion, Haruki Murakami, à ne pas confondre avec Ryu Murakami, est un auteur fascinant, tout en finesse, qui réussit à métamorphoser au fil de ses livres un monde banal en une réalité enchanteresse, où la dimension magique n'est parfois qu'à quelques pas de notre vie quotidienne.






Spica - super monochrome pour iPhone, moyennement convaincu


Comme mes lecteurs commencent à s'en apercevoir, j'adore les applications photo pour iPhone, et après avoir testé Quadcam et Polarize, j'ai décidé de donner sa chance à l'appli SPICA, dont l'accroche Super monochrome me semble un petit peu exagérée.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette application iPhone, Spica vous permet de prendre des photos en "noir et blanc à contraste élevé" : des blancs très blancs et des noirs très noirs...
Dit comme ça c'est séduisant, on s'imagine tout de suite shootant de magnifiques clichés dignes d'être directement envoyés au MOMA (Museum of Modern Art) par SMS.
Voyons ce qu'il en est dans la pratique:

Les qualités de Spica pour iPhone :
- la simplicité d'utilisation : on prend les photos en un clic sur une interface visuellement très proche de celle de l'appareil photo natif sur l'iPhone.
- le prix : certes Spica n'est pas gratuit, mais le tarif de 0,79€ est vraiment très doux et ne doit pas constituer un frein à son acquisition
- l'ergonomie : Beaucoup plus pratique que Polarize (pourtant une de mes applis favorites), Spica est très simple à utiliser : depuis l'écran principal, on a la possibilité d'accéder à son album et de retraiter toutes les images façon Spica.

Les défauts de l'appli Spica pour iPhone :
- une qualité d'image et de grain pas toujours à la hauteur de nos espérances, notamment lorsque la luminosité est trop faible ou trop forte.
- un temps de traitement de l'image qui interdit de songer à prendre les photos en rafale. Comptez en moyenne 2 secondes de "processing..."
- l'absence d'un menu réglages pour affiner les paramètres des effets afin de s'adapter aux conditions ambiantes de lumière.

En conclusion, Spica est une petite application sympathique et amusante mais qui ne saurait se substituer à celle fournie avec l'iPhone... À utiliser avec parcimonie et avec une bonne lumière ambiante!
Related Posts with Thumbnails