lundi 23 février 2009

Tomb Raider Underworld pour Xbox 360 : Le digne héritier

Je me souviens encore avec nostalgie des heures passées à me creuser la tête avec mon pôte Seb quand nous essayons de progresser à travers les premiers épisodes de la saga Tombraider : Des nuits blanches à arpenter en long en large et en travers les niveaux à la recherche d'un indice qui aurait échappé à notre vigilance et qui nous permettrait de passer à la suite.
Aussi n'ai-je pas résister à acheter le dernier volet en date des aventures de Lara Croft, conçu pour les consoles de dernières générations.

Mon avis sur Underworld :

Graphiquement, ce nouvel opus est magnifique, jamais les textures n'ont été aussi abouties et réussies, notamment le rendu de l'eau est éblouissant et l'on aurait presque envie de plonger aux côtés de Lara. Il faut aussi saluer le travail des stage designers, les architectes virtuels qui signent ici des décors à vous couper le souffle.

La jouabilité a certes encore progressé, Lara effectue de nombreux types de mouvement très bien rendus, mais on est encore loin à mon goût du pinacle. Il reste encore quelques bugs qui entravent la fluidité du jeu, où le personnage de Laura se bloque, mais qui fort heureusement ne nécessite pas un redémarrage de la console. Quelques appuis en tous sens sur toutes les touches et notamment quelques coups de feu suffisent à faire reprendre ses esprits à la belle aventurières. On regrette également certains mouvements de caméra figés qui ne permettent pas de se faire une bonne idée de la situation : On aurait aimé être plus libre de maitriser le regard de Laura et ne pas sentir ces entraves du gameplay qui ont malheureusement toujours émaillé l'excellence de tous les précédents opus. Car c'est vrai qu'au final, on a toujours l'impression d'être sur des rails, comme canalisés dans le décor d'une attraction de fête foraine : on ne grimpe pas n'importe où et on ne s'éloigne jamais du coeur de l'action.

Revers positif de la médaille, le rythme de cet opus est soutenu, on ne s'ennuie jamais et l'on progresse assez vite dans l'intrigue. Le scénario n'est pas fantastique mais on se laisse porter par la magie des décors et des cinématiques agréables et pas trop longues.

Ce qui peut agacer mais qui fait un des charmes de cet opus, c'est que l'on peut terminer un niveau en étant passé à côté de nombreux artefacts*, mais aussi et c'est plus déstabilisant, à côté des fameuses reliques. En fait on arrive à sortir du niveau et à poursuivre l'intrigue sans avoir découvert le but de notre quête. Car bien que le scénario soit assez linéaire, on peut aisément explorer telle zone avant telle autre et ne plus pouvoir faire marche arrière.
Personnellement j'ai recommencé 2 niveaux entiers quand je me suis rendu compte que je m'apprêtais à les finir sans la relique.

Dommage également que les monstres et autres ennemis "attendent le client" passivement comme au train fantôme, quand on aimerait qu'ils nous surprennent à la manière de "Resident Evil". Là on les élimine un peu facilement, parfois même sans leur avoir laissé la moindre chance.

En conclusion : Tomb Raider Underworld est un très beau jeu qui plaira sans conteste à tous les aficionados de la saga, même si les plus exigeants déploreront que les points faibles des précédents volets n'aient pas été suffisamment corrigés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention : Tous les commentaires grossiers, hors sujet ou dénigrant gratuitement les produits, services ou l'auteur de ce blog seront supprimés.

Si vous aimez ce blog, rejoignez-nous sur Facebook en cliquant "j'aime" en haut à gauche de cette page et sur Twitter. Merci de votre soutien.

Related Posts with Thumbnails